Frank Lebœuf : « Omam-Biyik, c’était une Ferrari »

commentaires · 106 Vues

Le champion du monde 1998 a cité l’ancien attaquant de Canon Yaoundé parmi les joueurs qui l’ont fait le plus souffrir.
François Omam-Biyik, un ancien footballeur camerounais, a marqué les esprits durant sa carrière professionnelle. Et ce n’est pas Frank Lebœuf, un autre

Une arme redoutable

 Le lundi 09 mars 2020, dans l’émission « Vestiaires » sur RMC Sport, le champion du monde 1998 a cité l’ex-attaquant de Canon Yaoundé parmi les joueurs qui l’ont fait le plus souffrir.

Pourquoi Kylian Mbappé ne doit pas jouer avant-centre ? Pour Frank Lebœuf, la réponse est simple. Le faire jouer à ce poste, c’est se priver de sa vitesse, une arme redoutable pour un défenseur. L’ancien de Strasbourg et Chelsea cite Thierry Henry et François Omam-Biyik pour illustrer son propos.

Un sprinteur hors pair

Sur la base de sa propre expérience de joueur, le consultant pense qu’il fait partie des joueurs qui obligent la défense adverse à jouer bas. « Ce sont des Ferrari », conclut-il.

Élégant et brillant technicien, Omam-Biyik réalise l’essentiel de sa carrière en club en France. Notamment du Stade lavallois, du Stade rennais, de l’AS Cannes, de l’Olympique de Marseille… Il voit sa carrière quelque peu compromise à la suite d’une grave blessure à un genou lors de la finale de la Coupe d’Afrique des nations en 1988.  Le footballeur doit rester pratiquement un an sans jouer et subit deux opérations chirurgicales.

Le fameux but contre l’Argentine

François Omam-Biyik dispute trois coupes du monde avec l’équipe nationale du Cameroun : 1990, 1994 et 1998. Il marque un but célèbre de la tête contre l’Argentine de Diego Maradona lors du match d’ouverture du Mondiale 1990 le 8 juin. Ce but permet au Cameroun de causer l’une des plus grandes surprises de l’histoire de la coupe du monde.

commentaires